Montbouy

Présentation

Montbouy se situe dans la région Centre, département Loiret.

À 137km de Paris, 18km de Montargis et à 7km de Nogent sur Vernisson ce petit village fleuri est traversé par la route départementale 93.

L’origine du nom de Montbouy est Mont Bovis (montagne du bœuf),  une  légende prétend qu’un bœuf enchanté gardait un trésor dans les ruines.

Le village de Montbouy, dit « pavé d’or » depuis des décennies est un site archéologique à part entière, il détient plusieurs vestiges préhistoriques et antiques .

De toute évidence, le temple de source paraît à l’origine du site dès la première moitié du 1er siècle. Son importance a probablement permis un développement des constructions en périphérie puis l’agrandissement de la bourgade liés à l’urbanisme romain comme les salles thermales ou l’amphithéâtre gallo romain qui se situe dans le parc du château de Chenevières.

Au détour d’une promenade sur les paisibles bords du Loing, vous découvrirez  l’église « Notre-Dame Saint Blaise » inscrite à l’inventaire des monuments historiques.

Elle fût bâtie au 11ème siècle par les frères Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

Chaque site a son histoire

 

Les arènes gallo-romaines de Chenevières (domaine privé)

Situé le long de la D93, cet amphithéâtre faisait partie de la ville antique de Montbouy. Sa construction date de la fin de l’époque Romaine et du haut Moyen-Age (IIème siècle après J.C).

De forme elliptique (50.70m sur 34.20m), il pouvait accueillir jusqu’à 4000 personnes. Il est constitué d’une structure pleine : la Cavea, qui était destinée au public et réduite à 1/3 de cercle, a été transformé en jardin terrasse au 19ème siècle.

Des recherches archéologiques ont été entreprises au sein de ce site mais les quelques découvertes n’ont pas permis de dater précisément l’édifice. Le site a été classé monument historique depuis 1862.

Le Canal de Briare dit « Canal d’Henri IV »

Le projet du Canal de Briare date de 1604. Il a été approuvé par le roi Henri IV et remporté par Hugues Cosnier. Le Canal a pour but de relier la Loire à la Seine en passant par le Loing. Il représente une distance de 29407 toises soit 57441 mètres. Il comprend 47 écluses dans son projet initial.

Ecluse de Montbouy

Elle porte le numéro 26 (hauteur 5.10m) et date de 1895. Ses acqueducs sont équipés de vannes Moraillon (inventées vers 1900 par l’ingénieur de même nom). Aujourd’hui on remplace ces vannes centenaires par des installations plus pratiques.

Il y avait au 17ème siècle deux écluses séparées par un petit lac, la plus basse était contre le pont en amont au chevet de l’église malheureusement il n’en reste plus rien. La seconde vanne est toujours présente, elle se situe à droite de l’écluse actuelle.

On peut entrer dans l’acqueduc de sortie qui a conservé le système de sa vanne.

Les tirants de fer qui tenaient les portes sont toujours en place.

Église Notre Dame-Saint Blaise

Cette église paroissiale fut construite en plusieurs étapes. Elle a été élevée à la fin du 2ème  siècle et fut modifiée dans le courant du 12ème siècle par la construction d’un portail.

D’autres constructions ont suivi aux 16ème et 17ème siècles avec l’ouverture de portes et l’édification du cœur. De ce fait, elle met en valeur différents styles : Romain, Gothique et Renaissance.

L’église détient des arts différents :

-       Des vitraux représentant des scènes bibliques de la fin du 19ème siècle.

-       Des sculptures avec ornementations de faunes et de flores du 14ème au 19ème siècle.

-       Des peintures de nature mortes et de scènes bibliques du 17ème et du 19ème siècle.

-       Des menuiseries du 17ème siècle.


Temple païen dit « Sanctuaire de Source »

Le sanctuaire de Source faisait parti de la ville antique de Montbouy.

Construit entre le 1er et le 4ème siècle, l’édifice comprenait 2 vastes salles dont une avec une chambre au sol mosaïqué. Ce temple est occupé par un bassin circulaire de 25m de diamètre au centre duquel jaillit la source.

Des offrandes types figurines datant du 2ème siècle ainsi que des restes des canaux, d’anciens puits et de nombreuses médailles ont été découverts à l’interieur.

Le site abandonné au 4ème siècle a été découvert après 1604 lors de la construction du Canal de Briare.

Le site a été volontairement enseveli pour le protéger et éviter les pillages.

 

Forage d’eau dans les sables de l’Albien

 

Plusieurs communes de la région de Chatillon-Coligny sont alimentées par des sources et forages captant l’eau de la nappe de la craie.

Les analyses effectuées sous contrôle de la DDASS révèlent une teneur croissante en nitrates et dès 1982 il est apparu nécessaire de rechercher une ressource en eau de substitution.

La nappe de l’Albien est bien connue dans la région parisienne où elle fournit une eau de très bonne qualité (protégée par la loi de 1935).

Elle a été reconnue dans la région par plusieurs forages pétroliers et un captage a été réalisé à Montbouy en 1925.

Le forage réalisé en 1989 d’une profondeur de 481m au lieu de 405m prévus, a été un chantier important pour le syndicat des eaux de la Nivelle, fournissant l’eau potable aux communes de Montbouy, La Chapelle sur Aveyron et Pressigny-les-Pins.

Service facile et accessible à tous

Créer un site gratuitement